| Masa Israel

Rencontre avec Celine H.">Rencontre avec Celine H.

Posted Février 5th, 2017

 

Je fais le programme Massa Stagerim et je ne prévois pas de faire mon Alyah demain (mais un jour prochain) …

 

… MAIS j ai donné du fil à retordre à l’équipe Massa puisque pendant plus d’un mois ils ne me trouvaient rien … J’ai, de mon coté, cherché et trouvé de nombreux contacts avec qui j’ai passé des entretiens en anglais (mon niveau d’ivrit est assez faible : je lis comme une gamine de 6 ans et je ne sais répondre qu’à des questions basiques… pas grand chose en somme !).

J’ai choisi le programme Massa Stagerim car voulant faire mon alyah un jour prochain, j’ai besoin de vivre, de travailler en Israël, de me confronter à l’univers (impitoyable ?) des israéliens — pas seulement les serveurs de Yotvata et le conducteur du shirout Tel Aviv/Jerusalem, mais les gens qui courent le matin pour ne pas rater leur bus, les hayalim qui font la tête le dimanche matin parce qu’ils retournent à la base… — me confronter à cette langue qui est pour moi assez étrangère malgré des années d’oulpan, un père parfaitement bilingue et mon darkon israelien !

J’ai besoin de rencontrer les acteurs de l’assurance en Israël, (je suis étudiante à l’école nationale d’assurances en année de césure, entre mon master 1 et master 2) de me faire un réseau et de savoir quelle est la valeur de mon diplome en Israël, avoir l’avis de managers israéliens pour m’aider dans mes futurs choix. Et enfin, montrer la motivation de la jeunesse française à faire partie de la société israelienne, à s’intégrer et à participer à l’économie israélienne.

Enfin, ce programme s’intègre exactement dans mon année de césure : je dois retourner en octobre en France pour finir mon diplôme, il n’était donc pas question de tout arrêter pour vivre en Israel. Enfin, le stage en assurance correspond exactement au cadre que m’a fixé mon école : je mêle donc  » l’utile professionnel » à « mon rêve sioniste ».

J’étais dans plusieurs mouvements de jeunesse et associations étudiantes juives, mes parents m’ont élevé dans un foyer juif traditionaliste dans lequel le destin d’Israël est aussi important que le futur de la France. J ai passé depuis petite chaque mois d’août là-bas. Lorsqu’on arrivait sur le tarmac à Tel Aviv, c’était pour moi comme de passer des vacances en Tunisie : il faisait chaud, il y avait du sable partout, mais ici contrairement à ailleurs, même le policier était juif ! Pourquoi je raconte ça : mes parents m’ont fait aimer Israël très tôt et depuis l’âge de quinze ans, mon rêve n’a pas changé : vivre un jour en Israël, dans un bel appart, avec un bon boulot et de beaux enfants (j’extrapole beaucoup !).

Après mon bac, je me suis donc renseignée mais mes parents étaient contre : on ne part pas en Israël alors que dans son propre pays, on n’a rien… OK, après mon DUT je partirai. Mais après plusieurs rencontres avec une personne de la Sokhnout, mes parents m’ont tout de même demandé de passer un concours ici : celui de mon école. Le deal : si tu le rates, tu pars pas… Je l’ai réussi ! Me voila donc en année de césure à me retourner une fois encore vers l’agence Juive pour réaliser ce rêve…

 

 

Sens">Sens

image: 
image mobile: 

Salomé B, Programme Hemdat Hadarom.">Salomé B, Programme Hemdat Hadarom.

Posted Mai 4th, 2015

Massa : Peux-tu te présenter en quelques mots ? (prénom, âge …)

Je m’appelle Salomé Benichou, j’ai 19 ans je viens de Saint Brice à côté de Sarcelles.
J’ai eu mon bac l’année dernière à Ozar Hatora Sarcelles .

MASSA 

M : A quel programme as-tu participé et pourquoi ?

Je suis actuellement à Hemdat Hadarom .
J’ai choisi ce programme parce que je pense que c’est celui qui me correspond le mieux à tous les niveaux (religion, sionisme, oulpan, tyoulim, psycho, …)

M : Qui t’as fait connaître Massa ?

J’ai connu massa grâce à la סוכנות et à tous les salons qui sont venus en France et qui sont passés dans mon école.
Le bac bleu blanc m’a vraiment aidé à faire mon choix parce que nous avons visité les différentes mehinot, universités et on a reçu pas mal d’informations concernant massa et toutes les inscriptions.

M : Les démarches Massa et l’inscription étaient-elles faciles ?

Les inscriptions massa étaient assez simples tout s’est fait rapidement sur internet et dans les salons des études pour Israël .

M : La préparation au test psychométrique a-t-elle été fructueuse ?

On sent qu’au fur et à mesure on fait des progrès dans les psychométriques mais ça n’empêche pas que la majorité doit les repasser une deuxième fois .

M : Avais-tu peur avant le départ ?

 

Peur non mais un peu stressée et triste à l’idée de quitter ma famille !

EXPÉRIENCE

M : Tes premiers pas en Israël et ton expérience en quelques mots :
Le début était difficile parce que je débarquais dans un pays que je connaissais sans vraiment le connaître. Ma famille me manquait beaucoup et me manque toujours. Mais bon comme on était plusieurs dans cette situation alors tout le monde s’est soutenu et c’est devenu plus facile au fil du temps. De plus, ça nous permet de devenir beaucoup plus autonomes.

M : Aujourd’hui, parles-tu hébreu correctement ?

J’arrive à comprendre tout ce qu’on me dit mais j’ai un peu de mal à parler et j’ai pas réellement l’occasion puisque durant cette première année on est pratiquement qu’entre françaises. Mais je sens que j’ai progressé quand même !

M : Ton meilleur souvenir

Je n’ai pas encore fini le programme mais je pense pouvoir déjà dire que mon meilleur souvenir sera à la fin de Hemdat Hadarom quand je recevrai ma teoudate zeoute Sdv !!!

M : Ton pire souvenir ou « la galère » du voyage

Mon pire souvenir c’est les 6 ou 7 aller-retours netivot – béer sheva  pour essayer d’avoir tous les papiers pour passer l’équivalence du permis français … Des heures et des heures d’attentes ….

M : Ce qui t’as le plus manqué pendant ton expérience en Israël ? (famille, copains…)

Sans aucune hésitation ce qui m’a le plus manqué pendant mon année c’est la FAMILLE !

M : La musique ou le film qui représente le mieux ton voyage

La musique qui représente le mieux cette année c’est מהפכה של שמחה עומר אדם ליאור נרקיס

 

LE MOT DE LA FIN

M : Que penses-tu de l’initiative Massa ? Découvrir Israël à travers des programmes de longue durée.

Juste MERCI !!
Parce que sans vous et tous les programmes tout aurait été beaucoup beaucoup beaucoup plus compliqué ! Vous nous permettez de devenir amoureux d’Israël au fur et à mesure de cette année, de renforcer notre identité juive … Et ce n’est que le commencement !! Si je pouvais refaire cette année j’irai en courant !!!!

M : Recommanderais-tu cette expérience aux jeunes juifs de France ?

Oui, si certains ont  l’occasion de faire un programme comme ça alors qu’ils foncent. Ils ne regretteront jamais même si au final ils ne restent pas en Israël, ils gagneront d’autres choses et surtout auront eu la chance de passer une des meilleures années de leur vie en Israël !

 

 

Ariane Allouche,Programme Vatel.">Ariane Allouche,Programme Vatel.

Posted Mai 4th, 2015

Massa : Peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Je m’appelle Ariane Allouche, je viens du Pays Basque et à 23 ans bien que diplômée d’un BTS Notariat et d’une Licence Européenne en Gestion de Patrimoine, j’ai décidé de changer complètement de secteur professionnel et de pays aussi. Me voilà maintenant en Israël depuis septembre 2014 à l’école Vatel.

 

M : A quel programme as-tu participé et pourquoi ?

J’ai participé au programme Massa Vatel Tel Aviv. Je voulais changer de pays après la fin de ma licence et quand j’ai découvert l’école Vatel et qu’elle était présente au salon Massa de Toulouse, je me suis dit que c’était l’occasion pour moi de partir pour découvrir Israël grâce aux voyages organisés par Massa et de vivre dans un tout nouveau pays.

 

M : Qui t’a fait connaître Massa ?

Ce sont mes parents qui m’ont fait découvrir Massa en lisant le journal ActuJ.

 

M : Les démarches Massa et l’inscription étaient-elles faciles ?

Les démarches Massa sont relativement simple. Même si je les ai faites il y a maintenant plusieurs mois je me souviens que les documents demandés par Massa sont plutôt facile à obtenir.

 

M : La préparation au test psychométrique a-t-elle été fructueuse ?

En fait, avec les l’école Vatel Tel Aviv nous n’avons pas besoin de passer de test psychométrique. Vatel étant une école française et non israélienne, le test psychométrique n’est pas nécessaire pour pouvoir rentrer dans cette école.

M : avais-tu peur avant le départ ?

Bien sûr ! Qui n’a pas peur de partir dans un autre pays à plus de 4 000kms de chez soi, sans ses amis ou famille. Partir à l’inconnu n’est jamais facile c’est certain, mais parfois il faut savoir prendre des risques pour se rendre compte que l’on fait les bons choix de vie et/ou de carrière…

 

M : Tes premiers  pas en Israël et ton expérience en quelques mots :

Je ne vais pas vous mentir les débuts n’ont pas été facile du tout. La mentalité israélienne n’est absolument pas la même qu’en France (ou plutôt qu’en Europe). Mais en quelques semaines vous prenez vite le rythme israélien et vous devenez un peu comme eux. Au bout de 3 mois (le temps de s’adapter au pays, de commencer à comprendre les mots les plus simples en hébreu) vous vous sentez beaucoup mieux en Israël.

Après 7 mois de vie en Israël je peux vous dire que je m’y sens très bien même si ma famille me manque.
M : Aujourd’hui, parles-tu hébreu correctement ? Car l’oulpan est dans tous les programmes 

En fait, l’oulpan m’a servi à dire les phrases les plus basiques en hébreu. Et depuis la fin de l’oulpan je suis toujours au même niveau. Ce n’est pas facile pour moi de parler en hébreu, je parle couramment anglais, et même à l’hôtel je parle anglais avec la majorité de mes collègues. Mais du point de vue de l’intégration dans le pays, j’ai remarqué que ne pas savoir parler hébreu après 6 mois de vie ici est assez handicapant. Du coup je m’oblige à parler hébreu avec quelques-uns de mes collègues et je cherche en parallèle à faire un second oulpan pour pouvoir parler plus facilement hébreu

 

M : Ton meilleur souvenir :

Notre dernier voyage Massa. On a eu la chance de pouvoir faire du gros quad dans le désert pas très loin de Jérusalem, ensuite on est descendu à la mer Morte où l’on a pu se baigner et profiter du Spa du Crowne Plaza Hotel, et enfin on a passé Chabbat à Eilat avec au programme plongée sous-marine, plage et petite balade sur la tayelet d’Eilat avec des explications sur la ville d’Eilat de notre guide David Ohnona.

 

M : Ton pire souvenir ou « la galère » du voyage:

Quand on est parti une nuit chez les bédouins. Bon ok pour certain c’était vraiment la galère de dormir à la belle étoile dans le désert, un froid glacial, avec des bêtes et sans lumière mais en réalité (du moins pour moi) c’était une très bonne expérience. Je referais bien un voyage comme ça mais pas au mois de novembre car même en journée il ne faisait pas très chaud mais pourquoi pas au printemps et un peu mieux préparé aussi. Car il faut le dire, on nous avait dit que l’on partait une nuit chez les bédouins, donc on a tous pensé à la nuit sous la tente avec soirée bédouine à découvrir leur histoire, leur musique … et nous on a juste découvert comment faire une pita :-)
M : Ce qui t’a le plus manqué pendant ton expérience en Israël ?

Ce qui me manque le plus c’est ma famille. Quand tu as des coups de blues le  meilleur remède c’est de refaire le plein d’énergie avec les tiens. Mes amis aussi me manquent beaucoup mais on a tous pris des chemins différents pour faire nos vies respectives donc on fait avec, c’est la vie…

 

M : La musique ou le film qui représente le mieux ton voyage

La chanson qui représente le mieux mon séjour en Israël jusqu’à présent est Derekh Hashalom de Peer Tasi. Depuis septembre je dois l’entendre au moins une fois par jour partout où je suis, ou alors on la met à l’appartement.

 

M : Cela valait-il le coup ?

Pour l’instant je suis toujours en Israël et compte bien y rester. Mais quand je suis rentrée en France 1 semaine pour les vacances, je me suis dit qu’Israël me manquait et que c’était vraiment ici que je voulais venir vivre.

 

M : Le « grand » regret de ton expérience, ce que tu n’as pas pu faire :

Très bonne question… Peut-être ne pas avoir connu le programme Massa plus tôt et ne pas être venue en Israël avant.

 

M : Ton conseil aux futurs participants :

De bien choisir son programme, et surtout de kiffer quand ils seront en Israël ;-)

 

M : Que penses-tu de l’initiative Massa ? Découvrir Israël à travers des programmes de longue durée 

C’est un bon programme, par contre j’ai été déçue de ne pas avoir plus de voyage que ça avec Massa pour découvrir un peu plus Israël.

 

M : Des remarques sur le programme, des conseils pour améliorer l’expérience ? 

L’oulpan a eu lieu en même temps que les fêtes de Rosh Hashana, Kippour, Souccoth et Simha Thora, donc beaucoup de journées d’oulpan n’ont pas été maintenues. Sur les deux mois d’oulpan, nous avons fait uniquement que 26 jours d’oulpan au total ce qui n’est vraiment pas assez quand on est débutant…

M : Recommanderais-tu cette expérience aux jeunes juifs de France ?

Honnêtement oui je recommanderais à d’autres jeunes juifs de France de venir découvrir Israël avec Massa s’ils ont peur de venir tout seul. C’est une bonne expérience l’on rencontre des gens avec qui l’on partage des moments forts ce qui nous permets de nous sentir moins seul.

 

Dan M. « Je recommande vraiment Massa »"> Dan M. « Je recommande vraiment Massa »

Posted Février 10th, 2015

Bonjour à vous, j’ai fait un programme Massa, ce programme était un Oulpan au sein du Kibbutz Ma’agan Michael, j’y ai passer des moments hors du communs !

Mais tout d’abord, je devrais me présenter !
Je m’appelles Dan Markowicz, j’ai 20 ans, je suis  diplôme d’un bac pro Commerce, ainsi qu’un diplôme d’Anglais européen.

Le programme que j’ai choisis :
Comme je l’ai cité au premières ligne, j’ai fait un programme d’Oulpan au sein du Kibbutz Ma’agan Michael. J’ai fait mon Oulpan du 1er Août 2013 au 25 décembre 2013.

La raison pour laquelle j’ai fait cet Oulpan :
Je tenais à faire cet Oulpan car j’ai toujours rêvé de partir vivre en Israël. Je souhaitais faire mon Alya, mais ma famille m’a conseillé de venir en tant que touriste, pour voir si le pays me plairait, et pouvoir me décider. Chose qui fut la meilleure des solutions !!

Parlons maintenant des démarches ( pas d’inquiétudes, les démarches ne sont pas dures du tout )

1 :   Il faut en premier lieu aller sur internet pour trouver le programme qui vous convient ( au début, le prix fait assez peur.. Mais ne vous inquiétez pas, il y’a des bourses scolaires ! )

2 : Trouvez le programme qui vous convient, ensuite vous devrez envoyer un mail au  contact de ce programme.

3 : Autre étape, des formulaires seront à remplir. Il y aura un visa que vous devrez faire, vous le ferez directement lors de votre atterrissage en Israël.

4: Enfin, la dernière étapes, renseignez vous sur le nombre de place qui restera dans le kibboutz pour faire un Oulpan, N’attendez pas la dernière minutes, faites le en avance.

Je l’ai pour ma part recherché le 13 Juillet ( en sachant que mon Oulpan commençait le 1 er Août ).
Aucune réponse positive ou négatives étaient sûre, chaque jours de nouveaux obstacles s’imposaient à mon projet : La bourse, l’attente de confirmation et j’en passe. ( Ne vous inquiétez pas, l’histoire se termina bien).
J’ai eu ma réponse deux semaines avant le début de mon Oulpan, la surprise fut hors du commun, et Nitsaron !! ( victoire en Hébreu )

Mon meilleur Souvenir :
Mon meilleur souvenir fût mon programme, tous mes souvenirs ont été mes meilleurs souvenirs au sein de mon Oulpan.
J’ai vu des choses extraordinaires, j’ai rencontré des personnes hors du commun, découvert des cultures différentes.

Mon pire souvenir ?
Je penses que mon pire souvenir fût le fait que durant un Tioul organisé par l’équipe de l’Oulpan, nous n’avons pas pu aller au sommet de la citadelle de Massada.
Est ce que je viendrais juste de vous spoiler un tioul ?.. Aie, désolé.. ^^

Maintenant, Ce qui m’a le plus manqué… :
Hmm, je dirais que ce qui m’aurait le plus manqué sont les VRAIES  Baguettes de pains, ainsi que les les croissants, pains au chocolats ( chocolatine ) !

Ce qui me manque depuis mon retour en France…
Hé bien.. Pour tout vous dire,  j’ai fait mon Alya depuis Israël et je suis devenus citoyen juste après mon Oulpan !

Mon conseil pour les nouveaux participants :
Ok, j’ai un conseil super important pour vous, nouveaux participants !
Appréciez chaque moments !

Mon plus grand regret…
Je n’en ai pas, mon aventure à été hors du commun, j’ai fait tout ce que j’ai voulus faire !
Je ne regrettes rien !

Mon expérience en Israël en quelque mots :
Wow ! Ou est ce que je suis ? Je suis perdu ! Pourquoi ce type me crie dessus ? Do you speak english  ? J’adore ce Kibboutz, j’adore ce pub, j’adore cette culture ! Je veux vivre ici !
Oh j’ai oublié, la nourriture est excellente !

Si j’ai rencontrer d’autres personnes qui faisait Massa en Israël :
Oui j’en ai rencontré, la plupart étant de l’Oulpan dans lequel j’étais, d’autres étaient de Kibboutz différents et originaires des USA ou d’autres pays.

Mes premiers jours en Israël :

Dès mon arrivée, j’ai pris le train de l’aéroport jusque la ville la plus proche de mon kibboutz, mon oncle est venu me chercher et m’a amené à mon kibboutz.
Je suis arrivé 3 jours en avance avant le début du programme, chose que l’on peut faire en s’arrangeant avec le Kibboutz.
Durant les premiers jours, mes journées étaient consacrés à la découverte du Kibboutz !

Si j’ai eu peur avant de partir de France :
Non ! Je n’avais pas eu peur, j’étais juste surexcité à cette idée de découvrir ce pays dont je rêvais tant !

Mon niveau d’hébreu :

Lorsque je suis arrivé en Israël, je ne savais qu’ écrire.  À la fin de mon Oulpan, j’avais un niveau de kita B, soit un niveau normal !
J’adore l’hébreu et je l’apprends durant chaque jours de mon aventure !

Ce qui m’a manqué durant ce programme ?
Rien du tout, j’ai eu tout ce que j’avais besoin.

Mon opinion par rapport à ce programme :
Je penses que ce programme est super pour toutes et tous, aider quelqu’un à découvrir un pays dans un bon esprit, être dans un aussi bon cadre que celui ci est, pour ceux qui veulent découvrir ou vivre dans ce pays, une expérience énormément enrichissante, fun et incroyable.
Pour moi, j’ai pu réaliser un grand rêve d’enfance grâce à ce programme, et je ne comptes pas l’oublier !

Si je recommandes Massa ?
Je recommande vraiment Massa, le travail fournit pour nous aider est incroyable, le groupe encadrant est la pour vous aider dans vos démarches, dans vos différents problèmes que vous pourrez rencontrer.
Ces personnes sont la pour vous aider et elles le font vraiment.

Qui m’a fait connaître Massa :
La personne en question m’ayant fait connaître Le groupe Massa fût une de mes tantes habitants en Israël.

Le film ou la musique qui représente mon voyage ?
C’est un film, Le Hobbit, un voyage inattendu !

La parole est à moi !
Grâce à ce programme, j’ai pu réaliser mon rêve d’enfance.
Ce rêve fût de venir en Israël, voir ce pays, connaître ce pays et vivre dans ce pays.
J’ai vues des choses d’une grande beauté, j’ai rencontré des personnes de tous horizons, appris des choses que je ne connaissais pas ( et j’en sais tellement peu ).

J’ai adoré courir sur la plage durant 5 mois, marcher avec un sac de 30 kilos pour m’entraîner pour l’armée. J’ai adoré être en groupe, et plus encore, vivre dans un Kibboutz.

Je tiens à remercier l’équipe de Massa pour leurs aide, je ne l’oublierai pas !

Mon aventure ne fait que commencer dans ce pays et j’espère que je vous y verrai bientôt !

Lire d'autres témoignages